Passage Sainte Croix

Daesung Lee

Sur les rives de Ghoramara

 

Sur les rives de Ghoramara, série photographique, présente l’avenir incertain de la population de l’île indienne de Ghoramara menacée par la montée du niveau de la mer.

De l’eau à perte de vue et au centre, un habitant, seul, stoïque, comme enraciné sur le minuscule bout de terre que la mer n’a pas encore englouti. Il regarde le visiteur, silencieux, et pourtant il lui hurle l’injustice à laquelle il doit faire face. Bientôt, la terre qui l’a vu naître disparaîtra sous les eaux.

En ouvrant sa nouvelle saison culturelle sur le thème de l’eau avec les photographies de l’artiste sud-coréen Deasung Lee, le Passage Sainte-Croix, souhaite marquer les esprits. Son exposition Sur les rives de Ghoramara invite le visiteur à s’interroger sur la montée du niveau de la mer, conséquence du réchauffement climatique, alors que se tiendra la 22ème conférence des Nations unies sur le climat (COP22) au Maroc du 7 au 18 novembre.

En 2011, Daesung Lee, qui vit à Paris, a partagé pendant deux mois le quotidien des habitants de l’île de Ghoramara, situé dans le Golfe du Bengale, et dont plus de la moitié des terres ont été englouties. Les deux tiers de la population ont déjà été contraints de partir. « J’ai choisi de faire poser les habitants sur le rivage, ce qui rend la beauté des lieux encore plus irréelle. Et pourtant ces scènes sont bien réelles. Elles témoignent d’un monde qui va disparaître. Elles illustrent le sort tragique de ces habitants qui n’auront un jour d’autre choix que de quitter leur île. Un jour, cette île où ils ont vu le jour ne sera qu’un souvenir. La mer engloutit leur passé alors que leur futur semble bien incertain », témoigne Daesung Lee. Il revient de son séjour à Ghoramara avec une série d’une trentaine de photographies, intitulée On the shore of a vanishing island, pour illustrer cette tragédie.

Sur les rives de Ghoramara est présentée dans le cadre de la 20ème édition de la Quinzaine photographique nantaise (QPN) qui se tient à Nantes du 16 septembre au 16 octobre et dont la thématique Heureux qui invite à s’interroger sur le bonheur. « L’attachement de l’Homme à sa terre et son enracinement dans un espace donné sont des éléments fondamentaux pour son bien-être. Quitter cet endroit provoque en lui un sentiment de nostalgie » explique Clothilde Gautier-Courtaugis, directrice du Passage Sainte- Croix. Sur les rives de Ghoramara évoque ainsi la mise en péril de ce bonheur fragile.

Site internet : ​

www.indiphoto.net/

Horaires & lieux

Passage Sainte Croix

9 Rue de la Baclerie

44000 Nantes

Tèl : 02 51 83 23 75

www.passagesaintecroix.fr

Du mardi au samedi de 12h à 18h30

JUSQU'AU 26 NOV