Emmanuelle Brisson

Les profondeurs du coeur

Prix QPN 2017

«Cette série est un portrait intime de ma mère réalisé durant 2 ans. La différence d’âge qui nous caractérise a toujours mis beaucoup de distance entre nous, elle ne comprend que très rarement le sens de mon travail photographique. Elle est à la fin de sa vie et je voulais par ce travail l’inviter dans mon univers et partager avec elle ce qui compte le plus pour moi depuis ces dernières années. C’est aussi un hommage à son courage de femme.


Andrée a 89 ans.

Encore debout. Si petite, si mince, si fragile mais debout. Elle en a bavé Andrée. Elle a connu la guerre, l’occupation. Elle a vu mourir sa famille. La maladie, la vieillesse. Ils ne sont plus là.

Et puis les amours qui s’éloignent. Qui parfois reviennent, ou pas. Elle, elle est encore là. Elle fait face à cette chienne de vie qui ne lui a pas fait beaucoup de cadeaux. Mais elle ne veut pas qu’on ait pitié Andrée ! Circulez ! Andrée elle résiste à tout. Même la fureur du monde qui l’entoure elle s’en fout : elle est sourde comme un pot.

 

Parfois, quand les douleurs de la vieillesse la laissent un peu tranquille, elle se rappelle son passé. Elle raconte des histoires, comme elles lui reviennent. Des petits morceaux de sa vie, ses joies et bonheurs. Elle ouvre des boîtes en carton, remplies de photos, et puis elle pleure. Les souvenirs, faut pas trop les remuer. Alors, elle laisse la solitude enfoncer ses racines dans les profondeurs de son cour.

 

Andrée est une petite femme digne et droite. Andrée m’a donné sa force et m’a appris le courage.»

 

 

Emmanuelle Brisson


Le Temple du Goût

Horaires & lieux

Le Temple du goût

30 rue Kervégan

44100 NANTES

Ouvert tous les jours de 14h à 19h.

Visite en présence de l' artiste le vendredi 15 sept. à 15h45

Du 15 sept. au 15 oct. 2017

Biographie

Emmanuelle Brisson vit et travaille à Niort. Elle résume avec humour, son histoire avec la photographie : « je suis venue à la photographie par accident, mais en aucun cas par hasard !».

 

Elle a toujours été très attirée par l’image et développe depuis 2008 une recherche photographique personnelle.

Elle a exposé à Toulouse, Nantes, Montpellier et à Paris, à la galerie Esther Woerdehoff.


Emmanuelle Brisson présente des portraits souvent décalés, surréalistes, avec un travail sur le corps, des errances avec la nature, la matière, la relation à l’autre. Elle pose un regard riche en sensations, en émotions et en poésie qui baignent néanmoins dans une atmosphère souvent froide, parfois même à la marge du morbide avec un certain sens ambiguë de la provocation.

Site internet

emmanuellebrisson.com